Video : 1, 2 ou 12

Les maladies allergiques respiratoires, rhinite et asthme, sont en relation directe avec notre environnement. Même s’il y a bien d’autres éléments qui entrent en jeu dans le déclenchement d’une maladie allergique, l’air que nous respirons joue un rôle très important.

Les allergènes tout d’abord : les acariens, les animaux, les moisissures sans oublier les pollens présents surtout à l’extérieur, mais qui peuvent entrer dans les habitations.

Mais également les divers polluants qui sont émis par les meubles, les colles, les peintures, les plastiques, les détergents, la fumée de tabac, les aérosols, les combustions diverses…

Les allergènes provoquent chez un individu prédisposé une sensibilisation qui va déclencher au contact de cet allergène des symptômes que les allergiques connaissent bien : éternuements à répétition, nez qui coule abondamment, nez bouché, démangeaisons des yeux, du nez, du palais, de la gorge, larmoiements, rougeur oculaire, toux irritative, difficultés respiratoires, sensation d’étouffement, respiration sifflante.

Quant aux irritants, représentés essentiellement par les COV, composés organiques volatils, ( faire un lien avec une page où seront notés les principaux COV, leur taux maximal toléré et leur action sur la santé), comme leur nom l’indique, ils sont irritants pour les muqueuses oculaires, respiratoires, parfois la peau. Leur présence accentue donc la gêne ressentie par les patients allergiques, mais ils aussi une incidence sur les personnes non allergiques. Il faut donc tout faire pour en limiter la présence.

Améliorer la qualité de l’air ne suffira pas pour faire disparaître les symptômes allergiques, mais respirer un air plus sain y contribue et est bénéfique pour tout un chacun.

Des mesures simples peuvent être mises en œuvre facilement partout :

  • Aérer toutes les pièces, et surtout les chambres, au moins 10 minutes matin et soir
  • Installer un système de ventilation efficace et l’entretenir
  • Faire un nettoyage régulier avec un aspirateur de bonne qualité muni d’un filtre HEPA, ou un chiffon humide
  • Eviter l’accumulation d’objets « capteurs » de poussière (tapis, coussins, peluches, rideaux….)
  • Préférer les sols lisses : carrelage, parquet, revêtements plastiques (peu émetteurs de COV)
  • Interdire l’accès des chambres, canapés, fauteuils aux animaux
  • Changer de literie tous les 10 ans, en privilégiant les sommiers à lattes non recouverts et les matelas en mousse, bultex, qui seront recouverts d’une housse anti-acariens de qualité médicale (demander conseil à votre allergologue)
  • Laver le linge de lit toutes les semaines à 60 °, les oreillers et les couettes synthétiques tous les 3 mois.
  • Ne pas chauffer les chambres au-delà de 18°
  • Surveiller l’apparition de moisissures, en particulier dans les cuisines et les salles de bains, si besoin les enlever à l’eau de javel
  • Ne pas fumer à l’intérieur, ne pas utiliser de produits désodorisants, de bougies parfumées, d’encens, d’huiles essentielles
  • Ne pas accumuler trop de plantes vertes et bien entretenir la terre

 

Ces gestes, faciles à entreprendre, deviendront vite des habitudes et vous apprécierez les résultats de vos efforts.

Au-delà de ces modifications simples de votre comportement, qu’en est-il des autres moyens existant pour réduire les allergènes et les COV ?

  • Il existe des housses médicales anti-acariens à mettre sur les matelas, oreillers et couettes
  • des insecticides anti-acariens
  • des literies dites anti-acariens
  • des purificateurs d’air ( faire le lien avec Daikin)
  • des aspirateurs avec filtres HEPA
  • Et des quantités de produits anti-acariens , anti-moisissures, anti-odeurs etc…

Alors comment faire le tri dans tout cela ? c’est le but de notre comité d’approbation et de nos labels « air intérieur contrôlé » et « allergènes contrôlés ». En effet tous ces produits sont peut-être efficaces, ou pas, sans nocivité pour la santé, ou pas.

Actuellement nous pouvons affirmer que les housses anti-acariens de qualité médicale, ont prouvé une certaine efficacité dans des études cliniques, et nous avons approuvé le purificateur d’air DAIKIN.

Notre but est donc d’avancer dans ce domaine pour apporter une validation médicale à ces produits et pouvoir vous les conseiller en sachant qu’ils sont à la fois efficaces et non nocifs.

Mais, vous l’aurez compris, vos habitudes de vie doivent vous aider déjà à respirer un air plus sain chez vous, dans votre voiture. Pour ce qui est des locaux communs ou publics il en va de la responsabilité des constructeurs, fabricants et occupants des lieux de faire des efforts de progrès vers un air plus sain.

Par ailleurs nous avons labellisé les produits détergents de la gamme l’Arbre Vert, qui sont à la fois des produits respectueux de l’environnement et sans allergènes. (faire un lien avec leur site).